L'article est à retrouver dans son intégralité sur le site de The Conversation

Comment prendre en compte le bien-être ? La soutenabilité ? Comment rendre visible ce qui compte et qui n’est jamais pris en compte ? Comment travailler collectivement à la définition de ce qui fait commun et considérer la valeur de ce qui ne peut être monétarisé ?

C’est à l’ensemble de ces questions que répond l’expérimentation IBEST « indicateurs de bien-être soutenable » sur le territoire de la métropole grenobloise. Cette démarche collective, impliquant professionnel·les des politiques publiques, chercheur·es, militant·es, habitant·es, sur un temps long (depuis 2002) vise à enrichir et transformer les cadres d’observation et d’évaluation des politiques publiques, mais aussi la manière de construire les indicateurs. Nourrie d’une enquête et de débats, la démarche a abouti à la définition collective de huit dimensions du bien-être soutenable. Le bien-être soutenable n’est pas ici ramenée à la simple satisfaction subjective. Il correspond à la possibilité que les personnes ont de « se réaliser » (les opportunités qui leur sont offertes), c’est à dire trouver le juste équilibre entre aspirations et capacités à agir, en individuel comme en collectif. Il s’agit de trouver des réponses aux besoins en adéquation avec le bien commun.

Cette démarche est désormais appuyée sur des enquêtes récurrentes permettant d’apporter un éclairage précieux sur les différentes facettes de nos conditions de vie, peu visibles dans les statistiques publiques et ô combien essentielles dans la possibilité que nous avons chacun·e de nous sentir bien. 

© 2020 Obs'y | Tous droits réservés | mentions légales