Une pauvreté plus soutenue dans la Métropole que dans les territoires voisins  

14,2% des ménages de Grenoble-Alpes métropole vivent sous le seuil de pauvreté

En 2018, dans la Métropole, de l’ordre de 27 000 ménages vivent sous le seuil de pauvreté monétaire à 60%, soit un taux de pauvreté de 14,2%, inférieur à la moyenne nationale (14,6%). Mais en comparaison de la région Auvergne-Rhône-Alpes (12,7%), du département de l’Isère (11,3%) et des autres EPCI de l’aire grenobloise, la pauvreté est plus soutenue dans la Métropole. 

 

En 2018, pour une personne seule, le seuil de pauvreté mensuel était de 1 063 euros (seuil à 60 %). Pour un couple avec deux enfants de moins de 14 ans, le seuil en 2018 était de 2 231 euros (seuil 60 %).

 

A noter que le taux de grande pauvreté (qui se situe à 50% du revenu médian) s’établit à 8,2% et le taux de très grande pauvreté (40%) à 5,0% à Grenoble-Alpes Métropole. Ces indicateurs sont respectivement de 8,4% et 5,0% en France.

taux de pauvreté en 2018.jpg

En 2018, dans la Métropole, de l’ordre de 27 000 ménages vivent sous le seuil de pauvreté monétaire à 60%, soit un taux de pauvreté de 14,2%, inférieur à la moyenne nationale (14,6%). Mais en comparaison de la région Auvergne-Rhône-Alpes (12,7%), du département de l’Isère (11,3%) et des autres EPCI de l’aire grenobloise, la pauvreté est plus soutenue dans la Métropole. 

 

En 2018, pour une personne seule, le seuil de pauvreté mensuel était de 1 063 euros (seuil à 60 %). Pour un couple avec deux enfants de moins de 14 ans, le seuil en 2018 était de 2 231 euros (seuil 60 %).

 

A noter que le taux de grande pauvreté (qui se situe à 50% du revenu médian) s’établit à 8,2% et le taux de très grande pauvreté (40%) à 5,0% à Grenoble-Alpes Métropole. Ces indicateurs sont respectivement de 8,4% et 5,0% en France.

taux de pauvreté en 2018 par commune.jpg

Sur le territoire de la Métropole le taux de pauvreté varie du simple au quadruple selon les communes. Les valeurs maximales sont observées à Echirolles (22%), Pont-de-Claix (20%), Grenoble (20%), Fontaine (18%) et Saint-Martin-d'Hères (18%). A l’opposé, on trouve les communes de Seyssins (5%), Jarrie (5%), Claix (5%), Vif (6%), Varces (6%) et Meylan (6%).

Titre

ZOOM sur l’isolement des personnes contactées par le CCAS de Grenoble après le confinement

taux de pauvreté en 2018 par IRIS.jpg

Les disparités sont encore plus marquées entre les IRIS du cœur d’agglomération. Dans 8 IRIS, plus de 4 ménages sur 10 vivent sous le seuil de pauvreté :  Arlequin (54%), Village Olympique Sud (49%), Village Olympique Nord (44%), Les Essarts Nord (44%), Jouhaux (43%), Constantine (41%), Village 2 (40%), Surieux (40%).

Définitions / précisions méthodologiques

Le taux de pauvreté correspond à la proportion de ménages (ou d’individus) dont le niveau de vie est inférieur pour une année donnée à un seuil (40%, 50% ou 60%) dénommé seuil de pauvreté.

En France et en Europe, le seuil est le plus souvent fixé à 60 % du niveau de vie médian.

Le revenu pris en compte est le revenu dit « disponible », après impôts et prestations sociales.

> Le seuil à 60%, dit seuil de pauvreté, s’établit à 1 063 € par unité de consommation

> Le seuil à 50%, dit seuil de grande pauvreté, s’établit à 885 € par unité de consommation

> Le seuil à 40%, dit seuil de très grande pauvreté, s’établit à 708 € par unité de consommation

 

Les données issues de FiLoSoFi sont soumises au secret statistique. Aucune statistique n'est diffusée sur les très petites zones (moins de 50 ménages et moins de 100 personnes). Les taux de pauvreté sont diffusés sur les zones de plus de 1000 ménages ou plus de 2000 personnes dans lesquelles au moins 200 personnes et au moins 11 ménages sont pauvres, et au moins 200 personnes et au moins 11 ménages ne sont pas pauvres.

Cahier thématique Revenu Précarité, à paraître fin 2022