Perspectives historiques

La période de l’après-guerre se caractérise par un boum économique, qui entraîne une croissance démographique et urbaine sans précédent sur l’ensemble du
territoire national. L’agglomération grenobloise en est l’exemple, avec +50 % de croissance démographique entre 1946 et 1965. Sous l’impulsion de l’État, la priorité est donnée à l’équipement des territoires, pour construire des voies de communication rapides et sûres. Symboles de progrès, de liberté et de modernité à l’image d’une société qui tourne la page d’années de privation, les voitures se démocratisent et une
culture de l’automobile s’installe au détriment des réseaux de transports en commun existant depuis la fin du XIXe siècle.
Ainsi à Grenoble, le réseau de tramway en mauvais état après la guerre est remplacé par un réseau de bus et trolleybus. Plus largement, jusqu’aux années 1970, les villes s’adaptent toutes à la voiture.

1950-1973
DES JO AU PREMIER CHOC PÉTROLIER, LE GRAND BOOM
Le coup d’envoi des grandes transformations est donné. En vingt ans, Grenoble et son agglomération changent de dimension et se forgent une réputation.

RC_déplacement 95 - auj.jpg
1973-1995
RETOUR EN GRÂCE DES TRANSPORTS EN COMMUN
Dès les années 1970, l’extension du réseau routier sous la pression de l’automobile commence à produire ses effets sur l'amé-nagement du territoire : le centre-ville de Grenoble est vite asphyxié, les territoires plus éloignés, désormais accessibles (sur le plan routier et financier !), ont le vent en poupe, tant pour l’habitat que pour les ac-tivités économiques. Le gain de vitesse dû à la voiture permet de s’installer plus loin sans que le temps de déplacement en soit affecté.
RC_déplacement 73 -95.jpg
1995 À AUJOURD'HUI :
VERS PLUS DE MULTIMODALITÉ
Depuis une trentaine d’années, la pensée urbaine intègre les préoccupations environnementales, le besoin d’économie d’espace, de lien social... Plutôt que d’essaimer fonctions urbaines (habitat, activités, équipements, etc.) sur le territoire, on préfère désormais les articuler afin de réduire les distances et de rendre la ville plus pratique et plus vivante pour les usagers, par le biais notamment d’un réseau de transports en commun performant.
RC_déplacement 50-73.jpg